Comment planter un citronnier ?

Le citronnier n’est pas adapté à chaque région de France : cet arbre fruitier ne supporte pas les températures basses. En effet, il nécessite un type de sol spécifique avec un ensoleillement bien spécial afin de produire les meilleurs fruits. Ainsi, sa culture hors du climat méditerranéen se fait toujours en pot.

La bouture et le semis

Le citronnier peut être planté à partir de ses graines, ainsi qu’avec le bouturage ou le marcottage. Utiliser les graines pour la culture revient moins cher : elles proviennent des citrons commercialisés. Dans ce cas, elles doivent être minutieusement sélectionnées. Il est également possible de se procurer des plants dans un commerce, à mettre en pot ou directement dans le sol. Pour le bouturage, la période idéale demeure le début du mois de mars.

La plantation proprement dite

Le climat est un facteur primordial à prendre en compte. Toutes les variétés, tel que le citronnier commun ne convient qu’à un climat méditerranéen, une fois planté en extérieur. En cas de climat froid, recourir à un porte-greffe convenable demeure obligatoire. Il faut choisir le Poncirus Trifoliata ou les hybrides. Les espèces se développant peu et qui demande d’être taillées régulièrement sont à privilégier si on souhaite en planter dans un pot et les rentrer durant l’hiver.

L’arrosage

Le citronnier aime la mousson ; par conséquent, il pousse bien avec l’humidité ainsi que la chaleur. Cette plante nécessite un arrosage minutieux. C’est-à-dire ni trop sec ni trop humide. Son sol doit être bien drainé et il faut prendre en compte de l’âge de l’arbre, de sa terre, du climat et de la saison. En hiver, il n’a guère besoin d’eau, tandis qu’il faut l’arroser davantage en été. Si l’arbre est planté en extérieur, il nécessite un arrosage hebdomadaire en saison humide et bihebdomadaire lors de la saison sèche.

Lutter contre les parasites dans le jardin

Un beau jardin nécessite un entretien régulier. Afin de préserver cette beauté, il faut exterminer les différents parasites. Toutefois, ces mesures n’incluent pas toujours la solution chimique. Quelques fois, un bon jet d’eau suffit, quoique parfois inefficace. Pour ce faire, voici quelques astuces écologiques !

Utiliser de l’huile d’olive ou des orties

Si votre jardin est infesté de pucerons, sachez que l’huile d’olive mélangée à de l’eau les tue. Cette solution permet également à vos plantes de se nourrir. Toutefois, ce mélange d’actifs n’est efficace qu’à une température inférieure à 30 °C. Par ailleurs, le purin d’orties élimine les insectes et les parasites. Il vous suffit de remplir un bac avec de l’eau de pluie et trempez-y des orties. Laissez macérer pendant 3 à 4 semaines avant de pulvériser le liquide obtenu sur vos plantes.

L’ail et le marc de café

L’ail est efficace contre les pucerons, les aleurodes et les autres insectes nuisibles à vos plantes. Dans 700 ml d’eau chaude, laissez infuser 10 gousses d’ail hachées. Ensuite, mélangez le tout avec une cuillerée à soupe d’huile végétale et de liquide vaisselle. Au cas où vous auriez des plantes grimpantes, vous n’avez qu’à asperger leurs pieds de marc de café. Cette astuce s’avère bénéfique, si vos végétaux sont infestés d’escargots, de fourmis ou de limaces.

L’absinthe et les écorces d’agrumes

L’absinthe demeure un allié écologique dans la lutte contre les parasites dans les jardins. Pour y procéder, faites bouillir 1 kg de feuilles d’absinthe dans un volume d’un litre d’eau pendant 30 minutes. Le mélange doit reposer durant 24 heures. Il vous suffit d’en asperger vos plantes 2 fois par mois afin de chasser les chenilles, pucerons piérides et compagnie. Les peaux d’agrumes représentent également une solution efficace : faites-en une infusion dans de l’eau bouillante. Le mélange doit être pulvérisé tous les 4 à 7 jours.

Assurer le bon fleurissement du jardin en été

Les fleurs d’été ou les plantes à floraison estivale impliquent une saison caractérisée par le beau temps et un climat chaud. Durant cette saison, votre jardin vous offre un joli fleurissement varié et abondant pour le plus grand plaisir de vos yeux. Si optez pour des plantes parfumées, votre coin nature sera également plein de senteur.


Prendre soin des fleurs


La durée de vie des fleurs dépend essentiellement de la plante. Pour une longévité accrue, il est recommandé d’éliminer au plus vite celles qui fanent. Cette opération offre plusieurs avantages pour ne citer que l’aspect visuel de votre jardin. Vos plantes bénéficient de plus d’énergie indispensable à leur croissance. Durant la période de fin de floraison, les vivaces conservent leur force si les fleurs fanées sont arrachées, créant ainsi un magnifique feuillage. En coupant les fleurs fanées, la formation de maladies et de parasites est réduite.


Accélérer la formation de nouvelles fleurs


Durant les beaux jours, il faut avoir les bons réflexes si vous souhaitez accélérer la formation de nouvelles fleurs. Il est donc conseillé de procéder au paillage du sol dans le cas où vous n’avez pas encore effectué cette tâche. L’arrosage est important par temps sec. Privilégiez les engrais qui contiennent moins d’azote mais renfermant davantage de phosphore et de potasse. Les plantes atteintes de maladies sont à éliminer au plus vite.


Les plantes à privilégier en été


Si vous n’avez pas encore trouvé les plantes fleuries et arbustes qui vont embellir votre espace vert cet été, voici quelques-uns avec des conseils de soin pour leur bon développement. Optez pour les anthémis tout en enlevant régulièrement les fleurs fanées. A condition de les nettoyer systématiquement, les dahlias vous offrent un joli fleurissement. Quant aux delphiniums, il est indispensable de couper leurs tiges. Les santolines sont parfaites en été mais n’oubliez pas de les tailler pour avoir des angles arrondis.

Le parasol déporté : l’allié de vos étés au jardin

L’été arrive ! Vous allez pouvoir profiter de votre terrasse en famille ou entre amis. Mais pas question de souffrir d’un coup de soleil ! Il est important de se protéger. Rien ne vaut le parasol, qui a fait ses preuves depuis des années. Sa toile offre une protection optimale contre le rayonnement solaire. Sans compter qu’à l’inverse d’un store banne, il peut s’orienter et se déplacer où vous voulez. On peut aussi le ranger au sec à la mauvaise saison, ce qui augmente sa longévité. 

Pourquoi choisir un parasol déporté ?

Il existe aujourd’hui différents modèles de parasols, depuis les plus simples, généralement ceux qu’on emmène à la plage parce qu’ils sont légers et peu encombrants, jusqu’aux modèles de parasols déportés haut de gamme. Les parasols déportés sont apparus récemment et remportent aujourd’hui tous les suffrages. Le concept ? Un parasol dit déporté se présente comme une sorte de dôme accroché à son pied, positionné latéralement. Cette construction permet d’éviter l’écueil des parasols classiques, à savoir qu’il faut se serrer autour du pied central pour profiter de l’ombre. Le parasol déporté apporte donc davantage de confort et plus de protection. 

Le parasol déporté haut de gamme : quelle différence ?

Avec une taille appréciable de 3,20 à 3,75m de diamètre en moyenne, les parasols déportés permettent de protéger une terrasse et la table du déjeuner en plein air. Vous pouvez aussi installer à l’ombre votre salon de jardin ou vos transats. Canicule en perspective ? Pas de problème, les parasols haut de gamme vous permettent d’orienter votre ombre au gré de la journée et du soleil. 

Pour profiter au mieux de votre équipement, choisissez des parasols déportés haut de gamme : vous disposerez d’un modèle parfaitement stable, que les coups de vent ne risquent pas de renverser ou d’emporter. Notre conseil : il n’y a pas que l’armature et le pied qui comptent, veillez aussi à bien choisir la toile de votre parasol. Elle doit bien évidemment être traitée anti UV pour vous assurer une protection optimale. Mais dans l’idéal, il vous faut aussi une toile imputrescible et surtout imperméable. Vous n’aurez pas à ranger votre parasol dès qu’une averse pointe son nez. Et d’ailleurs, quoi de plus agréable que de regarder la pluie tomber depuis votre abri, bien au sec sous votre parasol déporté haut de gamme ? 

Arbustes à petits fruits pour un jardin vivrier et un balcon

Groseilles, myrtilles, cassis ou encore fraises… ces petits fruits peuvent être utilisés pour sublimer nos jardins. Ces plantes sont souvent associées à l’été. Isolées ou en groupe, elles offrent soit un contraste soit une harmonie de couleurs bienvenue à votre extérieur. La plupart sont peu exigeantes et offrent un bon rendement.

 

Arbustes à petits fruits au jardin

Les plantes à petits fruits s’intègrent facilement dans un jardin. Elles y rajoutent une touche d’esthétisme. Ces arbustes ont l’avantage de prendre peu de place. Ainsi, vous pouvez les placer de la même manière que n’importe quelle plante dans votre jardin. Les fraises, les framboises, les mûres et les myrtilles sont les incontournables des petits fruits. Contrairement aux arbres fruitiers, ces arbustes donnent des beaux fruits dès leur première année de plantation.

 

 

 

Une belle haie gourmande

Naturellement décoratives, les plantes à petits fruits conviennent parfaitement pour une belle haie. Afin de créer une haie originale, vous pouvez intercaler plusieurs variétés sur une même ligne. Vous aurez ainsi un mélange de feuilles et de fruits de différentes formes et couleurs. S’il s’agit d’une allée, plantez 2 types distincts sur les deux lisières. La framboise et la groseille sont résistantes à tous les climats et sols, ce qui en fait des plantes faciles à cultiver et entretenir. Un vrai ravissement pour les yeux et un régal pour les papilles !

 

Un balcon bien orné

Grâce à leurs petites dimensions, plusieurs variétés d’arbustes à petits fruits sont cultivables en pot. Avec ce contenant, vous pouvez placer simplement vos fraisiers, framboisiers et cassissiers sur votre terrasse pour l’égayer. Si vous souhaitez les mettre dans un bac, entreposez-les ensuite à un emplacement ensoleillé, sur la rambarde par exemple. Les fraisiers sont particulièrement appréciés en panier suspendu, avec leurs jolis fruits rouges qui pendent hors du panier. Pour les cassissiers et les groseilliers, prévoyez un contenant profond.